La petite maison dans la prairie

Je dois dire que j'ai de la chance. Et je voulais commencer ce blog sur cette note optimiste.

 

Dans la Petite Maison dans la prairie, Charles et Caroline auraient pleurés, s'en seraient aller chercher la Parole de Dieu auprès du Révérent Halden qui leur aurait répondu que c'est là une épreuve que Dieu leur a envoyé (vous voyez de quel épisode je veux parler ????).

 

Heureusement tout se finit bien dans la prairie, Marie se trouve une école, un mari et un travail, les parents sont rassurés et on oublie l'épreuve divine, voire on remercie le Seigneur.

 

 

Je sais que des parents ont besoin de ce refuge divin pour avancer et loin de moi l'idée de me moquer d'eux ou de dénigrer leur croyance.

 

Sauf que .... je ne partage pas cette vision des choses... Il y a ce texte qui circule sur internet :

 

"Certaines femmes deviennent mère par accident, d'autres par choix, quelques-unes par pressions sociales et d'autres par habitude de couple. Cette année, près de 100.000 femmes mettront au monde un enfant handicapé. Vous êtes vous déjà demandé comment ces mères sont choisies? Quelques fois j'imagine Dieu planant au-dessus de la terre, choisissant ses instruments de propagation de l'espèce avec le plus grand soin et la plus grande réflexion


Comme Il observait, Il ordonnait à ses Anges de prendre note dans un grand livre.

LE SEIGNEUR: André, fils de Ann, Saint Patron : Mathieu. Mélanie, Fille de Marjorie, Sainte Patronne : Cecilia. Carine, fille de Nicole, Saint Patron : Gérard,...


Finalement, Il communique un nom à l'Ange et sourit.


LE SEIGNEUR: Donne-lui un enfant handicapé.


L'ANGE: Pourquoi celle-ci, Seigneur? Elle est tellement joyeuse.


LE SEIGNEUR: Justement. Pourrais-je donner un enfant handicapé à une mère qui ne connait pas le rire? Ce serait trop cruel.


L'ANGE: Mais a-t-elle de la patience?


LE SEIGNEUR: Je ne veux pas qu'elle en ait trop parce qu'elle s'enfoncerait dans une mer de pitié et de désespoir. Quand le choc et le ressentiment passeront, elle le supportera très bien. Je l'ai observée aujourd'hui. Elle a ce sens du moi et d'indépendance si rare, mais nécessaire pour une mère. Tu vois, cet enfant que je vais lui donner a son propre monde. Il faut qu'elle le fasse vivre dans son monde à elle, et ça ne sera pas facile


L'ANGE: Mais Seigneur, je pense même pas qu'elle croit en vous.


Le seigneur sourit


LE SEIGNEUR: Peu importe, je peux m'en arranger. Celle-ci est parfaite. Elle a juste assez d'égoïsme.


L'Ange reste bouche bée.


L'ANGE: D'égoïsme ! Est-ce là une vertu??"


LE SEIGNEUR: Si elle n'arrive pas à se séparer de temps en temps de l'enfant, elle ne survivra jamais. Oui, voici une femme à qui j'octroierai un enfant rien moins que parfait. Elle ne s'en rend pas encore compte, mais elle est enviable. Elle ne prendra jamais pour argent comptant ce qu'on lui dira, et ne considérera jamais un progrès comme ordinaire. Quand son enfant dira "maman" pour la première fois, elle aura assisté à un miracle et elle le saura. Quand elle décrira un arbre ou un coucher de soleil à son enfant aveugle, elle le verra comme bien peu de gens voient jamais mes créations. Je lui permettrai de voir clairement les choses que je vois : ignorance, cruauté, préjugés, et je lui permettrai de s'élever au-dessus. Elle ne sera jamais seule, je serai à ses côtés chaque minute de chaque jour de sa vie, parce qu'elle réalise mon oeuvre aussi sûrement qu'elle se trouve ici à mon côté.


L'ANGE: Mais, Seigneur, qui sera son saint patron ?


Le seigneur sourit.


LE SEIGNEUR: Un miroir suffira.

 


Erma Bombeck - extrait du livre FOREVER, 1996
"

 

Même s'il est émouvant, il me dérange. J'ai du mal à comprendre pourquoi Dieu serait dans cette démarche de favoriser l'un ou l'autre...

 

Il n'y a qu'un passage qui me convienne c'est quand il parle de l'égoïsme (Si elle n'arrive pas à se séparer de temps en temps de l'enfant, elle ne survivra jamais.) : il me rassure ! Heureusement que je ne dois pas sombrer dans le rôle de la Mère Courage.

 

Guillaume est un petit garcon "comme les autres". Comme n'importe quel autre enfant, grace à lui je suis mère. Ni meilleure, ni pire qu'une autre, et sans lourd fardeau à porter. Donc comme dans la prairie, tout est bien qui finit bien, la Vie suit son cours.

 

Et si je dois remercier, ce serait car j'ai de la chance, il est beau, gentil, souriant, heureux de vivre, et surtout surtout en bonne santé et il ne souffre pas. Et de cette chance, j'en ai pleinement conscience et je pense aux parents qui doivent vivre avec leur enfant malade.

 

Ne dites pas que Guillaume est malade, nous ne sommes pas à plaindre.

 

Pour finir, une photo de Boubou dans son petit fauteuil (en langage médical on dit "corset-siège")

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    alisson (lundi, 13 octobre 2008 00:35)

    Un beau message pour démarer, plein d'optimisme en effet! Et je suis d'accord, je ne vois pas de parole divine dans ce que vit Guillaume, il évolue à son rythme, avec des parents qui l'aiment et il va bien, en tout cas ca a l'air d'aller pour le mieux! Un beau ptit mec ;)!
    Allé on attend la suite viiiite!
    Euh question bète il est d'ou guillaume??? Hihi c'est sympa je trouve de savoir où on se situe

  • #2

    alisson (lundi, 13 octobre 2008 00:38)

    Un ptit gars de la cote d'azur!

  • #3

    Juicer Reviews (jeudi, 11 avril 2013)

    This is an excellent write-up! Thanks for sharing!

Retrouvez-nous sur Facebook S'abonner au blog (rss) nos liens sur evernote Nous contacter

Guillaume

Guillaume
Cliquez sur la photo pour découvrir Guillaume et sa maladie

Autour de l'éducation conductive

Teaser de "Guillaume et l'éducation conductive"

Lectures

Ressources

S'abonner

Les nouvelles de la page Facebook