Merci

En fait, le reportage que je regardais hier n'était pas dans Envoyé Spécial.

 

Il s'agissait du reportage "Un choix pour la vie" (il sera rediffusé ce samedi 23 mai à 5h du mat) et ça traitait du choix de l'IMG en cas de malformation grave et nous montrait les décsions collégiales qui étaient prises.

 

Je ne suis pas pro ou anti IMG, la question n'est pas là, c'est juste qu'à la vue de certaines images, on avait vraiment l'impression que ca s'était tellement "banalisé" pour certains médecins qu'ils oubliaient qu'il y avait des humains avec une histoire derrière et on avait parfois l'impression qu'ils parlaient de bétail.

 

Je me doute bien que ce n'est pas un travail "facile", mais vraiment, je pense qu'il y a encore beaucoup de chose à changer dans leur façon de faire (surtout quand il y a le médecin, le spécialiste, l'auxiliaire et une quatrième personne et que tout ce petit monde écoute le spécialiste débiter son "obligation d'information", alors que la mère est visiblement choquée et qu'on ne lui laisse même pas le temps de reprendre son souffle...).

 

Cela dit c'était un reportage très intéressant... qui a le mérite de mettre en lumière que l'IMG est loin d'être un acte anodin (contrairement à ce que semblent penser certaines personnes qui ne sont pas passées par là quand on lit certains avis sur le net).

 

Et qui m'a convaincue que nous avions eu de la chance de ne pas avoir à faire ce choix pour Guillaume.

 

Pourtant, en regardant les images, plusieurs choses m'ont interpellées : un bébé qui ne bouge pas (même quand l'échographe essaie de le faire bouger - on l'a vécu), des jambes qui ne se plient pas (à la deuxième et troisième écho guillaume était plié en deux dans mon ventre, jambes droites, face au visage)..., un retard de croissance (mais comme on est petits, ça a été mis sur ce compte-là, on fait un petit bébé, le retard de croissance de guillaume était limite) des petits détails qui auraient pu alerter un spécialiste, mais qui sont passées inaperçues. Ou presque, car je reste persuadée que le gygy suspectait quelque chose (à sa façon de faire) mais qu'il n'en trouvait jamais la confirmation pour nous en alerter...

 

Et bien, d'une certaine façon, je lui dit MERCI, merci de nous avoir évité de nous retrouver face à ce choix, que je trouve bien plus douloureux que d'élever un enfant différent, qui malgré tout nous apporte du bonheur et qui est heureux de vivre.

Si le problème avait été décelé in utero Guillaume serait-il là ?

 

Attention, je ne suis pas en train de militer pour la vie, je comprends tout à fait le choix des familles d'interrompre la grossesse. Je dis juste que c'est une décision douloureuse, qu'il y a encore un gros travail à faire dans ce sens au niveau médical et que je suis heureuse de ne pas être passée par là.

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Hélène (vendredi, 22 mai 2009 16:55)

    J'y ai bcp réféchi à l'IMG. Surtout pendant la dernière grossesse. Et je suis intimement persuadée que si j'avais su pour Oscar, vu mon état d'esprit de l'époque, on l'aurait garder. Par contre après... Quoi qu'il en soit, c'est vraiment un truc que je suis bien contente de ne pas avoir vécu !

  • #2

    La maman de Guillaume (vendredi, 22 mai 2009)

    En fait, c'est un sujet auquel j'ai beaucoup réfléchi en attendant Malou, et je sais que quoi qu'il soit arrivé, elle serait avec nous. Pour Guillaume, j'en suis moins sûre. Me connaissant, je pense que j'aurai été contre une interruption. Mais le discours médical tel que présenté dans ce reportage est tellement orienté, ils présentent ça comme étant tellement difficile (et pour la famille et pour l'enfant) et comme je n'aurai pas été seule dans ce choix, je ne suis pas si sûre qu'on n'aurait pas fini par me convaincre...

  • #3

    Emmanuelle (vendredi, 22 mai 2009 18:38)

    c'est vrai que c'est un sujet délicat auquel moi aussi il m'est arrivé de pensé et je pense que cela n'aurais pas changé grand chose ... mis à part que je ne sais pas si notre couple aurrait survécu à cette tourmente car nos avis était partagé, peut être qu'au bout du bout je me seais laissé convaincre et mon état psychologique aurait été terrible. Là nous avons une superbe petite fille et nous avons eu 7 mois pour la regarder comme une petite fille normale et pour l'aimer, ce qui a fait que rien à changer le jour où on l'a su et notre couple n'en est ressorti que plus fort, alors je suis vraiment heureuse de n'avoir rien su, même si c'est vrai tout n'est pas toujours rose...

Retrouvez-nous sur Facebook S'abonner au blog (rss) nos liens sur evernote Nous contacter

Guillaume

Guillaume
Cliquez sur la photo pour découvrir Guillaume et sa maladie

Autour de l'éducation conductive

Teaser de "Guillaume et l'éducation conductive"

Lectures

Ressources

S'abonner

Les nouvelles de la page Facebook