Prendre soin

Tout à l'heure, à ma demande, Marie-Lou tentait de réveiller Guillaume. Et comme il n'avait plus sa tétine à la bouche (il ne la prend quasiment plus), elle a tenté de lui remettre, avec beaucoup de délicatesse.

 

Elle fait souvent ça : essayer de lui donner le biberon, lui un biscuit, lui apporter un jouet (elle lui pose délicatement sur les genoux), et aussi le tirer par le pantalon pour qu'il vienne jouer.

Quand je raconte cela, on me répond :"oui, elle fait comme si c'est son bébé". Je souris poliment mais ne répond rien.

 

Je ne suis pas d'accord. Marie-Lou ne fait pas avec Guillaume comme avec une poupée. Elle prend simplement soin de lui. Je pense qu'elle a bien compris qu'il n'était pas comme les autres, mais c'est sa normalité à elle, vu qu'elle n'a connu que ça. Elle partage des moments "normaux" avec son frère.

 

Ca m'agace autant que quand j'étais enceinte et qu'on me disait qu'elle allait stimuler Guillaume. Même si c'est vrai qu'elle lui apporte des choses nouvelles, ce n'est pas un bébé médicament. Elle n'est pas arrivée parmi nous pour ça. Ni pour compenser un manque créé par le handicap de Guillaume.

 

Je pense souvent à plus tard. Quand elle sera ado ou jeune adulte. Bien sûr j'espère que ses rapports avec son frère seront bons et qu'elle s'occupera de lui. Mais je n'attends pas d'elle qu'elle nous remplace ou qu'elle prenne notre suite quand nous ne serons plus là. Je veux qu'elle ait sa vie, et Guillaume aussi. Et qu'elle ne se sente ni coupable ni redevable de quelque chose.

 

 

Je ne sais plus où j'ai lu les paroles de cette maman, mais ca se résumait ainsi  : c'est nous qui avons un enfant handicapé, pas elle.

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    alisson (vendredi, 14 mai 2010 18:55)

    Je comprend ce que tu veux dire. En effet, pour malou Guitou ets tout ce qu'il y a de normal, c'est son frère et elle interagit avec lui comme tous les frères et soeurs le font : tendresse, partage, colère, bagarre, sourire, calin...

  • #2

    Johanne (vendredi, 14 mai 2010 19:37)

    Ici, notre petit Thomas n'a pas de frère et soeur. par contre, il va 3 jours semaine à la garderie (en France vous dites crèche) Il est dans un groupe de 12 petits agés de 8 mois à 2 ans avec 3 éducatrices. Et bien , c,est fou de voir à quel point les enfants ont "senti" la différence de Thomas tout de suite.
    Certain sont devenus immédiatement hyper protecteur face à lui. Lui apportant jouets, s'assurant qu'il est bien en tentant d'expliquer à l'éducatrice qu'il a perdu son bas !! Quand j'arrive à la garderie il y a toujours le petit Gaspard, 2 ans qui m'apporte les souliers de Thomas et lui caresse la joue avant de partir. Ils ne prennent pas Thomas pour une poupée comme tu le dis si bien . Par contre, je dirais que ce ne sont pas tous les enfants qui vont être aussi prévenant mais la très grande majorité s'interesse à Thomas de façon toute spontanée sans que les éducatrives n'est à répéter 10 fois par jour de faire attention à Thomas car il est différent. J'avoue que ça me touche à chaque fois de voir ces petits bouts de choux si prévenant avec mon ti-tom. Pourtant Thomas ne peux pas jouer avec eux, il devrait le trouver ennuyant et bien non...Esperons que ça se poursuive comme ça encore dans les années futures..
    Nous pensons avois un autre enfant et ce ne sera surement un bébé-médicament !

  • #3

    'Za (vendredi, 14 mai 2010 22:45)

    Petit "traduction" si y'en a qui se demandent un peu... quand Johanne dit "son bas" elle parle de sa chaussette...
    Je me permet de le dire car il y a quelques années je me serais dit... Son bas de quoi? de pantalon? lol.
    Johanne, ici en France on dit des "bas" pour ce qui se met chez les femmes, qui est transparent, en une matière un peu spéciale... Sinon on dit toujours des chaussettes! (j'ai sourit en te lisant, ça fait plaisir de lire "du québécois")

    Bref pour en revenir à l'article... C'est fou comme les enfants agissent rapidement de manière adéquate... mais qu'es ce qu'ils comprennent réellement, qu'es ce qu'ils pensent?
    La fratrie m'impressionne très souvent, pourtant je m'interroge sur leur perception et leur compréhension de la situation.
    En tout cas plus tard leur vision du handicap sera bien différente de celle de la majorité des gens.
    Bravo à Malou pour toute son attention et sa tendresse!

    Quand au fait que Malou s'occupe de lui plus tard... Pour l'instant vous ne savez pas trop jusqu'où ira Guillaume dans son autonomie donc je trouve ça difficile de se projeter.
    Je trouve très beau ce que tu écris à la fin de ton article. Mais même si ce n'est pas elle qui l'a fait, il est probable qu'elle souhaite s'en occuper... par amour.

  • #4

    Johanne (samedi, 15 mai 2010 16:22)

    ah ah ah oui j'étais au courant pour bas (québecois) = chaussette (France) Mais j'ai pas fait attention. Merci d'avoir expliqué !

  • #5

    Hélène (lundi, 17 mai 2010 20:45)

    J'ai lu cet article ce week-end, vite fait. Et j'y ai bcp repensé. Je me faisais la remarque qu'ELio prenait aussi grand soin de son frère ( en ce moment il accourt pour le redresser quand il se laisse aller devant la tv ), alors que Noah, non ! Je pense que nos petits sont dans l'imitation. MAis pas toujours ! EN ce moment, ELio teste l'équilibre de son frère ! ça l'amuse bcp, Oscar aussi (parfois ) et moi pas du tout, surtout dans le bain !)

Retrouvez-nous sur Facebook S'abonner au blog (rss) nos liens sur evernote Nous contacter

Guillaume

Guillaume
Cliquez sur la photo pour découvrir Guillaume et sa maladie

Autour de l'éducation conductive

Teaser de "Guillaume et l'éducation conductive"

Lectures

Ressources

S'abonner

Les nouvelles de la page Facebook