La médecine fait des miracles ... à quel prix ?

Aucun commentaire, je laisse chacun se faire sa propre opinion...

Mais j'en reparlerai sûrement dans un autre billet, puisque c'est une question qui m'interpelle beaucoup ce droit à la vie... d'autant que j'ai été boulversée par les mots d'une maman qui disait que ce choix, on le faisait avant tout pour soi.  Mais j'y reviendrais, en détail.

 

 

(si la vidéo n'est plus accessible, essayez ce lien : http://www.onf.ca/film/medecine_sous_influence)

Partager cette article :
| More

Écrire commentaire

Commentaires : 7
  • #1

    Johanne (lundi, 12 juillet 2010 14:30)

    Je pleure à chaque fois que je vois ce documentaire. Le Dr Marois (que l'on voit dans le documentaire) suit Thomas depuis qu'il a 8 mois..Il m'avait dit de regarder ce film alors que Tom n,avait que 8 mois..Heureusement je n'ai pas suivi ce conseil car je ne sais pas , sincerement, si je serait encore de ce monde, car l'avenir m'aurait parut beaucoup trop sombre. Je l'ai finaement visionné quand Thomas avait environ 1 an et demi et le lien avec mon fils était tr`s fort et il avat fait de beaux progrès donc le choc a été un peu moindre, bien que TRÈS difficile `voir....

  • #2

    'Za (lundi, 12 juillet 2010 21:30)

    Lorsque j'avais vu ce reportage il y a un bon moment déjà, j'avais hésité à en parler sur mon blog.
    Je ne suis pas parent d'enfant handicapé, je ne me permettrais donc jamais de juger. Mais les paroles de certains parents m'ont quand même beaucoup troublée, surtout lorsqu'ils parlent devant leurs enfants!!?!
    Cela étant dit, je suis d'accord sur le fait que l'acharnement thérapeutique est très souvent malheureux.
    Mais, tout comme pour l'IMG, je trouve ça vraiment très difficile d'avoir un avis tranché, tout cela est très dur, quelles sont les décisions à prendre? quand arrêter ou continuer? dans quels cas? que souhaitent les proches? qu'es ce qu'on peut réellement envisager pour l'enfant? Et... les limites de nos connaissances actuelles sur toute la neuro etc...

  • #3

    La maman de Guillaume (lundi, 12 juillet 2010 22:13)

    Effectivement, au début quand les parents parlent devant leurs enfants, c'est un peu choquant. J'ai eu comme l'impression qu'ils niaient leur présence.

    Sinon, j'ai re-regardé ce reportage ce soir (je l'avais regardé vite fait à ma pause de midi) et finalement, en dehors de la question doit-on ou pas "sauver" ces prémas, il pose une question très intéressante : pourquoi dépense-t-on des milliers pour sauver ses enfants en néonat et leur donne - t- on si peu de moyens ensuite (vu qu'on sait qu'une très forte proportion aura des séquelles).

    Pourquoi ne pas mettre en place la prise en charge tout de suite ? Pourquoi attendre ? Pourquoi ne pas donner les moyens aux équipes ? Pourquoi priver ces enfants d'une partie de leurs chances (meme si je reste toujours sur la réserve quand on parle des "fameuses" deux premières années exceptionnnellement plastiques, qui malheureusement sont très culpabilisantes pour les parents) ?

    Sans aller jusqu'à la paranoia, effectivement, on peut se poser la question de savoir si la néonat n'est pas qu'un vaste laboratoire expérimental...

    Par contre, effectivement, je pense aussi que très peu de parents sont prets à la naissance de leur enfant à refuser qu'on le sauve, car il y a toujours un espoir, le handicap, ca sera pour les autres ! C'est normal. La "science" nous donne ces moyens, qui les refuserait ?

    L'enfant en vie, de toute facon, a-t-on vraiment le droit de le laisser mourir ? N'est-il pas heureux d'etre en vie finalement ? Malgré tout ? (je pense à ce petit garcon qui avait si peur d'etre opéré).

    Mais pour en revenir à nos moutons, Quebec ou France, meme combat, on nous donne très peu de moyens.

    Je reste en tout cas, sur les paroles de cette mère : devoir se battre pour tout, devoir justifier chaque acte, chaque décision. Car c'est cela le plus dur, le fait qu'on nous retire - un peu, beaucoup - nos choix de parents.

    Sinon, Johanne, Thomas a de la chance d'etre suivi par le Dr Marois, il a l'air d'aimer ce qu'il fait et de se battre avec les enfants, d'une facon très concrete.

  • #4

    Hélène (lundi, 12 juillet 2010 22:22)

    Bon ben... j'ai beaucoup pleuré... c'est un fait ! Je trouve aussi que les questions soulevées sont très intéressantes, notamment sur la néo-natalité qui serait en quelque sorte un grand laboratoire ! ça me perturbe... je vais encore passer ma nuit à cogiter sur le sens de tout ça !

  • #5

    Faurie (mercredi, 14 juillet 2010 02:58)

    Finalement, que pense l'enfant dans tout ça???? Qui lui demande pas son avis.................?
    Peut -on parler de progression Techniques médicales quand il n'y a plus de moralité, ni de cohérence, ni de respect envers l'être humain...? Ce documentaire emmène à diverses questions, comme les interventions médicales, la technologie, la recherche, les prises en charges thérapeutiques, les moyens humains...financiers...!!! Mais on ne parle pas de la sélection naturelle... Ne faudrait-il pas, dans certains cas, éviter l'intervention humaine là où la Nature en a décidé autrement?? L'homme détruit puis essaye de réparer avec peu de moyens...!!??
    Je ne sais pas trop, mais tout cela me laisse bien perplexe...!!!!

  • #6

    La maman de Guillaume (mercredi, 14 juillet 2010 08:09)

    @Faurie : je me suis beaucoup posé de questions concernant la "selection naturelle". Le fait est que l'homme intervient pour toutes ces naissances. C'est ainsi, qu'on outrepasse ou non "nos droits", c'est fait.

    Le problème dans toute cette affaire, c'est surtout qu'on intervienne en sachant qu'on va créer dans la plupart des cas un handicap mais que d'un autre coté, on ne donne aucun moyen pour aider cet handicap... Non, on ne donne pas de moyens à la hauteur de ceux investis pour "sauver" ces enfants... Pourtant, le sauvetage n'est pas fini à la sortie de néonat.

  • #7

    sylvia72 (jeudi, 15 juillet 2010 00:08)

    Tellement difficile comme sujet... Laisser faire la nature, cela me parait simpliste, dans tellement de cas on est heureux que la médecine soit là. En même temps au bout d'un moment on franchit une ligne je pense et on tombe dans l'acharnement thérapeuthique... Mais où se situe cette ligne...? Ce qui me désole le plus c'est le manque de moyens par la suite, que ce soit dans les deux premières années de vie mais même après... Je viens de la regarder et je suis trop touchée pour avoir une opinion, en tous les cas une opinion "tranchée"... Par contre une certaine colère par rapport au combat de ces parents, pour obtenir la moindre chose, et surtout cette obligation de devoir se justifier... leur solitude dans ce combat.

Retrouvez-nous sur Facebook S'abonner au blog (rss) nos liens sur evernote Nous contacter

Guillaume

Guillaume
Cliquez sur la photo pour découvrir Guillaume et sa maladie

Autour de l'éducation conductive

Teaser de "Guillaume et l'éducation conductive"

Lectures

Ressources

S'abonner

Les nouvelles de la page Facebook