Il ne joue pas

 Guillaume ne joue pas. 

 

Les conducteurs nous disent de le laisser seul, libre au sol avec des jouets, qu'il finira par y aller, mais non, c'est trop dur, il ne joue pas. 

 

De la même façon, je ne dis pas que les jouets ne l'intéressent pas, c'est juste une source de frustration, il essaie, s'agace vite, crie et n'en veut plus.

 

On devrait peut-être insister, le laisser faire. Surtout quand ils nous disent de lui proposer des jouets / jeux de son âge... 

J'en avais déjà parlé, je ne sais plus trop à quelle occasion, mais voilà que la Maman de Romane nous explique qu'elle est prête pour les jeux symboliques et je trouve ca tellement chouette. L'émotion d'une allée franchie, mine de rien, c'est quelque chose de si important. 

 

Je repense à ce passage du livre de Fournier, quand il achète chaque année des cubes pour son fils. Je ne m'imagine pas acheter toujours des cubes pour Guillaume mais c'est vrai que cela devient de plus en plus difficile de lui choisir un cadeau. 

 

Guillaume est à l'âge où les petits garçons font rouler des voitures, s'invente des histoires avec les playmobils©, jouent au ballon, collectionnent des cailloux et chevauchent fièrement leur premier tricycle. 

 

Guillaume ne fait rien de tout ça. En a-t-il seulement envie ? Devrais-je moi jouer avec lui, à inventer des histoires pour lui montrer comment l'on fait ? Comment se construit le psychisme d'un enfant qui ne peut pas jouer car son corps l'en empêche ? 

 

Bien sûr, on joue avec Guillaume, son papa organise des "bagarres" avec sa soeur, on lui lit des histoires, on joue à se lancer un ballon tous les quatre. 

 

Bien sûr, on chante des chansons et on gesticule, on lui montre comment détruire des tours de cube... 

 

Malgré tout, c'est quand même complètement différent... Pour moi, la construction d'un enfant se fait aussi dans tous ces moments où il joue seul, s'invente son monde, se détache de ses parents. 

 

Je veux bien jouer à la marchande (en l'occurence au marchand) avec lui, mais pas à sa place. 

 

Est-ce parce-que ses compétences physiques ne lui en permettent pas plus qu'il faut que sa seule activité soit de tenter d'attraper des figurines pendues à une arche ? En a-t-il seulement envie ?

 

Car il est un fait, Guillaume a changé, il est plus patient, s'intéresse à ce que l'on fait, ses goûts et ses intérets aussi. Rien que pour les dessins-animés, désormais, c'est plus souvent "Piwi" que "BabyTv"... Il adore "123...Bo", "Sid le petit scientifique" ou encore "Sam-Sam" (et "Garfield", et les "Monsieur-Madame", et "Rory la voiture de course", ...). Des dessins-animés de son âge en somme. Et c'est lui qui nous a dicté ce choix, pas nous qui le lui avons imposé. 

 

 

Alors voilà, Guillaume ne joue pas, Guillaume grandit tout de même, mais Guillaume n'a ni mains, ni bras, ni langage pour accompagner ce passage aux jeux symboliques. Alors on se plante devant le rayonnage du magasin de jouets, à se demander si ce petit chateau-fort lui plairait, si ca ne serait pas une source de frustration supplémentaire ? Et qu'un jouet reste un jouet et non pas une "stimulation" déguisée.

 

Guillaume aime les jouets qui jouent tous seuls, qu'il peut regarder s'agiter et rêver.

 

 

 

PS : si vous avez des conseils de lecture qui participe à cette réflexion autour du jeu chez l'enfant handicapé, je suis preneuse.

 

Et question jeu et plaisir, vous pouvez aussi regarder l'éclate totale de Selma au piano.

Partager cette article :
| More

Petit retour en arrière, sur le même thème  : 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    alounette (jeudi, 22 juillet 2010 14:24)

    ouh la la qu'est ce qu'il progresse. c sur que si c trop dur pour lui de jouer malgré sa bonne volonté il ne se retrouvera jamais que face à sa frustration de ne pas y arriver. en général on ne joue qu'à des choses abordables pour nous : parfois trop facile, parfois un peu difficile, mais si c'est irréalisable rien d'amusant.
    je ne peux que vous conseillez de rencontrer un ergothérapeute qui pourrait vous adapter des jouets avec contacteurs, ça sera toujours plus drôle de déclencher une marionnette ou un manège ou une voiture télécommandée que l'éternel portique...
    vous trouverez votre bonheur sur hoptoys mais rien ne vaut l'accompagnement de quelqu'un qui à l'habitude pour gagner du temps...
    et puis après il y aurait tout les jeux sur l'ordi, il y a des trucs tellement simple et tellement marrant... http://www.helpkidzlearn.com/early/mystery_egg.html
    courage, c'est tellement important pour un enfant de jouer. et il a l'air tellement drôle votre fils :)

  • #2

    Sandrine, Maman de Selma (vendredi, 23 juillet 2010 12:53)

    Bonjour Mumu,
    Il appartient à chaque parent de stimuler son enfant suivant les possibilités de chacun...!! Ce que je peux dire (Après avoir lu rapidement tes infos des mois précédents), par expérience avec Selma, où tout mon entourage, notamment le père ("tu n'es que la maman"), ne voulaient me croire sur l'intuition qui me guidée sur les besoins de Selma, l'ACCOMPAGNEMENT GESTUEL ET INTELLECTUEL EST A FAIRE LE PLUS POSSIBLE, ET DE TANT EN TANT, LE LAISSER SEULE EN LE STIMULANT PAR LA VOIX EN L'ENCOURAGEANT SANS CESSE !!! C'est ce que j'ai fait avec Selma Je lui ai donné tout mon temps, mon énergie (à m'épuiser), le fruit de mes recherches...Ce qui m'a valus de me retrouver seule avec elle, et qui m'a rendue beaucoup plus forte aussi. Dernière visite du père cette année, en mai, pour entendre dire: "je n'aurai jamais crue qu'elle puisse se déplacer, comme elle le fait de son propre grès..." Là j'ai compris pourquoi j'étais seule..!!!
    Pour le jeux, je ne pense pas qu'il faille le faire à sa place, mais l'ACCOMPAGNER le plus possible dans sa demande (observation et écoute)!!
    EX: S'il ne peux ramper pour jouet, lui mettre à proximité et le lui éloigner progressivement en l'encourageant fortement.
    Je ne sais trop comment t'expliquer comment j'ai fait avec Selma, mais tout était bon à prendre pour qu'elle est envie...!!!
    EX: Autour des 2 ans, je l'ai chercher et elle s'était cachée sous la table du salon (1er fois qu'elle se déplaçait seule)!!!! Elle était fière de me montrer qu'elle pouvait jouer à cache cache. Je lui ai forcément explosé ma joie. Et nous avons dansé. Nous y avons rejoué autant de fois qu'elle le voulait (quand c'était possible)!!!
    Plus tu es présent, à travers ton énergie, plus l'enfant a envie de te faire plaisir..!!
    Aujourd'hui elle joue facilement seule, s'invente les histoires, se déplace en grenouille en alternance du 4 pattes (Je la reprends toujours dès qu'elle se positionne mal: mains fermées, ou en intros, genoux écartés, tordu au niveau du tronc, tête baissée.. en chantonnement...tout en observant ses limites de fatigabilité).
    Je vais essayer de mettre sur fb des photos ou vidéo qui pourrait peut-être t'aider.
    Si je trouve un livre qui puisse te guider, je t'en ferai part....
    J'ai commander Ton livre mais pour GS + Le manuel des Mathématiques.
    Très bonne journée et merci pour Selma
    Bisous à ton petit loup et fait lui confiance...

  • #3

    Mir (mardi, 27 juillet 2010 14:31)

    Touchée par ce que vous écrivez comme si vous lisiez dans mon coeur.
    Quelle galère le choix de jouet, Noël bien que fête merveilleuse est difficile du fait du passage obligé aux cadeaux.
    Comment les stimuler lorsqu'il ne joue pas avec les mains. Ma fille en est encore aux cubes, alors que ses camarades de garderie vont rentrés en maternelle. Vous êtes formidable de montrer au monde nos difficultés, bien que je crois que seules des mamans comme vous et moi cherchons des idées et des moments de partage spar le net à défaut de trouver des structures tenues par des parents (et non des fonctionnaires non concernés) sur le terrain.

Retrouvez-nous sur Facebook S'abonner au blog (rss) nos liens sur evernote Nous contacter

Guillaume

Guillaume
Cliquez sur la photo pour découvrir Guillaume et sa maladie

Autour de l'éducation conductive

Teaser de "Guillaume et l'éducation conductive"

Lectures

Ressources

S'abonner

Les nouvelles de la page Facebook